Aménagement Urbain et Violence Criminelle dans la Commune d’Abobo (Abidjan, Côte d’Ivoire)

  • Rega Pascale Aya Kauacou Université Alassane Ouattara (UAO), Côte d’Ivoire
  • Arsène Djako Université Alassane Ouattara (UAO), Côte d’Ivoire
Keywords: Abobo, Aménagement urbain, Politiques urbaines, Violence criminelle

Abstract

En Côte d’Ivoire, l’urbanisation accélérée, les crises d’ordre politique, et socio-économique, ont entraîné un désordre urbain et divers problèmes urbains. La violence criminelle est devenue une préoccupation majeure pour les populations d'Abidjan surtout dans la commune d’Abobo. Plusieurs facteurs liés particulièrement à cette commune expliquent la présence de la violence criminelle. En fait, l’évolution de la commune d’Abobo s’est faite en laissant assez d’insuffisances tant au niveau spatial que social. Cette recherche se donne pour objectif construire une compréhension cohérente de la violence criminelle à Abobo à partir de l’analyse des insuffisances en matière d’aménagement urbain. Elle a été menée sur base de différentes sources d’informations. A cet effet, la méthode de travail utilisée s’est appuyée sur la recherche bibliographique, l’enquête par questionnaire et les entretiens ; quatre (4) quartiers ont été choisis sur la base de la fréquence des infractions criminelles. Il s’agit de deux (2) quartiers moins criminogènes c’est-à-dire moins de cinq (5) cas d’infractions criminelles par mois et deux (2) quartiers très criminogènes c’est à dire plus de cinq (5) cas d’infractions par mois. Les résultats montrent que dans l’ensemble, 75% des quartiers et villages d’Abobo ne disposent pas d’équipements de sécurité. A Abobo, on a 1 commissariat pour 171 776 habitants alors que la norme nationale est de 1 commissariat pour 25 000 habitants. Aussi, 95% des routes ne sont pas bitumées, 93% des quartiers ne disposent pas d’équipements culturel et de loisir. Dans les quartiers très criminogènes, il n’existe que 5% de voies bitumées, les rues et ruelles manque de lumière et servent de lieu de chute des ordures ménagères. Ces quartiers ne disposent pas de terrains de jeux et de jardins, tandis que les quartiers moins criminogènes disposent de 90% de voies bitumées, d’au moins un terrain de jeux et un jardin public. L’étude conclut que pour juguler la violence criminelle à Abobo, il faut réaménager cette commune en vue de la rendre plus sure.

In Côte d'Ivoire, accelerated urbanization, crises in the political and socio-economic order, have an urban disorder and various urban problems. Criminal violence has become a major concern for the people of Abidjan, especially in Abobo commune. Several factors particularly related to this municipality explain the presence of criminal violence. One of the most important aspects of the evolution of the community of abbots is as much spatial as social level. This search is for self-use of the intelligence of criminal violence to Abobo from the analysis of insufficiencies in material of urban urban. It has been studied on different sources. To this effect, the method of work was supported by bibliographic research, questionnaire survey and interviews; four (4) wards were selected based on the frequency of criminal offenses. These are two (2) less criminogenic neighborhoods, ie fewer than five (5) cases of criminal offenses per month and two (2) highly criminogenic neighborhoods, ie more than five (5) )) in case of inactions per month. The results show that overall, 75% of neighborhoods and villages in Abobo do not need security equipment. In Abobo, on 1 police station for 171,776 inhabitants while the national standard is divided into 1 police station for 25,000 inhabitants. Also, 95% of the roads are not paved, 93% of neighborhoods do not allow cultural and leisure facilities. In highly criminogenic neighborhoods, only 5% of asphalt roads, streets and the impossibilities of light and place of fall of household garbage exist. These neighborhoods are not playgrounds and gardens, while less criminogenic neighborhoods are located at 90% of asphalt roads, at least one playground and public gardens. The study ended that to curb the criminal violence in Abobo, it is necessary to redevelop this municipality in order to make it safer.

Downloads

Download data is not yet available.
Published
2019-11-30
How to Cite
Kauacou, R. P. A., & Djako, A. (2019). Aménagement Urbain et Violence Criminelle dans la Commune d’Abobo (Abidjan, Côte d’Ivoire). European Scientific Journal, ESJ, 15(32), 67. https://doi.org/10.19044/esj.2019.v15n32p67