Potentialités Des Agroforêts Contre Les Changements Climatiques En Zone D’écotone Forêt-Savane Du Cameroun

  • Etchike D. A. B. Laboratoire de Botanique Appliquée de l’Université de Dschang, Dschang, Cameroun
  • Ngassoum M. B. Ecole Nationale Supérieure des Sciences Agro-Industrielles de l’Université de Ngaoundéré, Cameroun
  • Mapongmetsem P. M. Laboratoire de Biodiversité et Développement Durable de l’Université de Ngaoundéré, Ngaoundéré, Cameroun
Keywords: Agroforêts, phytodiversité, Ndikiniméki, stock de carbone, atténuation, REDD

Abstract

L’agroforêt fait partie du paysage agraire dans l’Arrondissement de Ndikiniméki dans la région du centre Cameroun, malheureusement sujette à de nombreuses pressions. En dépit des travaux menés sur les agroforêts du Centre et du Sud Cameroun, peu se sont intéressés à sa contribution dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’objectif de la présente étude est de démontrer l’efficacité des agroforêts dans la sécurité alimentaire des populations, la conservation de la phytodiversité et dans la lutte contre les changements climatiques. Pour ce faire une analyse participative a été réalisée avec 74 exploitants d’agroforêts répartis dans cinq villages. Des inventaires botaniques ont été réalisés dans chacune de ces agroforêts. Les données recueillies ont fait l’objet d’analyses diverses (calcul des indices écologiques, de diversité, de biomasse et des tests statistiques). Les agroforêts jeunes (moins de 15 ans) et vieilles (supérieur à 45 ans) sont les plus importantes dans la zone. La classe de superficie supérieure à 1500m² vient au premier rang avec 32%. Les cultures vivrières les plus fréquentes dans les agroforêts sont les tubercules (Manihot esculanta), les légumineuses (Phaseolus vulgaris) et le maïs (Zea mays). La cacaoculture est la plus répandue des cultures de rente de la zone avec une fréquence de 0,73. Le safoutier (Dacryodes edulis) et le manguier (Mangifera indica) viennent au premier rang des fruitiers exotiques. La richesse spécifique est évaluée à 72 espèces reparties en 63 genres et 29 familles. Parmi les familles écologiquement importantes nous avons les Moraceae (FIV=26,96%) et Apocynaceae (FIV=25,66%). Les indices de diversité de Shannon sont les plus importants dans les agroforêts de Ndokononoho et Oundjock. Mangifera indica (64,80 t/ha) et Dacryodes edulis (41,23 t/ha) sont les espèces qui ont les biomasses les plus importantes de la zone. La biomasse ligneuse totale dans la zone est estimée à 4261,72t pour un stock de carbone total de 2003t, ce qui correspond à un stock total de CO2 de 7351,03t CO2 qui rapporterait aux exploitants un crédit carbone de 44.026.788,87 Franc CFA. Ces résultats attestent de l’efficacité de ces agroforêts dans la lutte contre le réchauffement climatique et pouvant servir dans l’orientation et l’application des politiques du mécanisme REDD++ sur le plan local et régional.

The agroforest is part of the agrarian landscape in the Ndikinimékisuddivision in the central region of Cameroon, unfortunately subject to many pressures. Despite the works carried out on the agroforests of Centre and South regions of Cameroon, few have paid attention to its contribution to the fight against global warming. The objective of this present study is to demonstrate the effectiveness of agroforests in the food security of the populations, the conservation of phytodiversity and in the fight against climate change. To do this, a participatory analysis was carried out with 74 agroforest farmers in five villages. Botanical inventories were carried out in each of these agroforests. The data collected were analyzed in various ways (calculation of ecological, diversity and biomass indices as wells as statistical tests). Young groforests (less than 15 years old) and old (over 45 years old) are the most prominent in the zone. The surface area class exceeding 1500 m² comes first with 32 %. The most common food crops in the agroforests are tubers (Manihot esculanta), legumes (Phaseolus vulgaris) and maize (Zea mays). Cocoa farming is the most common cash crop in the zone with a frequency of 0.73. Safoutier trees (Dacryodes edulis) and mango trees (Mangifera indica) are ranks first among the exotic fruit trees. Species richness is estimated at 72 species in 63 genera and 29 families. Among the ecologically important families, we have the Moraceae (FIV=26.96%) and Apocynaceae (FIV=25.66%). The Shannon’s diversity indices are the most important for the Ndokononoho and Oundjock agroforests. Mangifera indica (64.80 t/ha) and Dacryodes edulis (41.23 t/ha) are the species with the most important biomass in the zone of the study. The total woody biomass in the area is estimated at 4 261,72t for a total carbon stock of 2003t, which corresponds to a total CO2 stock of 7 351.03t CO2 which would bring operators a carbon credit of 44 026 788.87 Franc CFA. These results justify the effectiveness of these agroforests in the fight against global warming and can be used as a guide and the implementation of the policies of the REDD ++ mechanisms at the local and regional levels.

Downloads

Download data is not yet available.
Published
2020-05-31
How to Cite
D. A. B., E., M. B., N., & P. M., M. (2020). Potentialités Des Agroforêts Contre Les Changements Climatiques En Zone D’écotone Forêt-Savane Du Cameroun. European Scientific Journal, ESJ, 16(15), 319. https://doi.org/10.19044/esj.2020.v16n15p319
Section
ESJ Natural/Life/Medical Sciences