Evaluation De L’activité Acaricide De Quelques Biopesticides Sur L’acarien Tarsonème, Polyphagotarsonemus Latus Banks (Acari : Tarsonemidae) Infestant L’aubergine Gboma (Solanum Macrocarpon L.) Au Sud-Bénin

  • Adango Etienne Direction de la Production Végétale, Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ; Ecole Doctorale des Sciences Agronomiques et de l’Eau (EDSAE), Université de Parakou, République du Bénin
  • Onzo Alexis Faculté d’Agronomie. Laboratoire de Phytotechnie, d’Amélioration et de Protection des Plantes (LaPAPP); Université de Parakou, République du Bénin
  • Daoudou C. O. G. Wilson Faculté d’Agronomie. Laboratoire de Phytotechnie, d’Amélioration et de Protection des Plantes (LaPAPP); Université de Parakou, République du Bénin
Keywords: Légumes-Feuilles, Biopesticides, Azadirachta Indica, Hyptis Suaveolens, Ocimum Gratissimum, Tarsonemidae

Abstract

L’acarien tarsonème, Polyphagotarsonemus latus Banks, est un important ravageur de l’aubergine Gboma (Solanum macrocarpon L.), un légume-feuille de grande consommation au Bénin. La gestion de ce ravageur repose fondamentalement sur la lutte chimique avec toutes ses conséquences sur la santé et sur l’environnement ; d’où la nécessité de rechercher des solutions alternatives. Ainsi, la performance de trois biopesticides notamment huile de neem (Azadirachta indica A. Juss), extraits aqueux de hyptis (Hyptis suaveolens (L.) Poit, et du faux basilic (Ocimum gratissimum L), a été testée sur les œufs et adultes de P. latus au laboratoire de paires avec celle de Acarius et Sunpyrifos, deux acaricides chimiques communément utilisés au Bénin. Aussi, leurs effets sur les densités de population du ravageur et la productivité du Gboma ont-ils été évalués en plein champ. Au laboratoire, les taux moyens d’éclosion des œufs ont varié significativement entre traitements, allant 36 ± 5% à 80 ± 5% (P < 0,0001). Le plus fort taux d’éclosion a été enregistré sur le témoin et hyptis tandis que le plus fort d’éclosion a été enregistré avec Acarius suivi du Sunpyrifos et de l’huile de neem. Les taux de mortalité des adultes de P. latus ont également varié significativement entre les différents traitements allant de 43 ± 2% à 100% (P < 0,0001). Les plus faibles mortalités ont été enregistrées sur le témoin suivi de hyptis tandis que les plus forts taux ont été enregistrés, avec les doubles-doses de Acarius, Sunpyrifos et de l’huile de neem. Au champ, les densités moyennes par feuille des stades mobiles de P. latus ont varié significativement entre traitements, allant de 5,37 ± 0,59 et 2,71 ± 0,37 individus (P < 0,0001) ; les densités les plus fortes ayant été enregistrées sur le témoin tandis qu’aucune différence statistique n’a été observée entre les cinq autres traitements. Les plus fortes productivités de Gboma (kg/4 m2 ) ont été enregistrées avec l’huile de neem (13,65 ± 2,13), Sunpyrifos (11,10 ± 1,66) et Acarius (10,76 ± 1,32). Il s’en déduit qu’en attendant des études complémentaires, l’huile de neem peut être recommandée comme alternative aux acaricides chimiques contre P. latus sur les parcelles de Gboma au Sud-Bénin.

The broad mite, Polyphagotarsonemus latus Banks is a key pest of the nightshade, commonly called Gboma eggplant (Solanum macrocarpon L.), a staple leafy vegetable in Benin. Management of this pest relies on chemical control despite its harmful environmental and sanitary impacts. It urgestherefore to search for alternative methods. In that respect, performances of some biopesticides including neem oil (Azadirachta indica A. Juss), aqueous extracts of Hyptis suaveolens (L.) Poit and of Ocimum gratissimum L. (clove basil), were tested on egg and adult stages of P. latus in laboratory in comparison to those of Acarius and Sunpyrifos, two chemical acaricides commonly used on vegetable farms in Southern Benin. In addition, their effects on the population densities of the pest and on the productivity of Gboma were evaluated in the field. In the laboratory, mean egg hatching rates varied significantly among treatments, ranging from 36 ± 5% to 80 ± 5% (P < 0,0001). The highest hatching rates were recorded with the control and hyptis treatments whereas the lowest hatching rates were recorded with Acarius followed by Sunpyrifos then neem oil treatments. Mortality rates of adult P. latus individuals also varied significantly among treatments, ranging from 43 ± 2% to 100% (P < 0,0001). The lowest mortality rates were recorded on the control followed by hyptis treatments whereas the highest mortalities were recorded with the double-doses of Acarius, Sunpyrifos and neem oil. In the field trials, mean densities of mobile stages of P. latus varied significantly among treatments, ranging from 5,37 ± 0,59 to 2,71 ± 0,37 individus (P < 0,0001). The highest densities were recorded on the control treatment whereas no significant differences were observed among the five other treatmentsThe highest productivities in fresh Gboma leaves on 4 m2 plot were recorded with neem oil (13.65 ± 2.13 kg), Sunpyrifos (11.1 ± 1.66 kg) and Acarius (10.76 ± 1.32 kg). Pending further studies, neem oil may be recommended as an alternative to chemical acaricides for the control of P. latus on Gboma plots in Southern Benin.

Downloads

Download data is not yet available.
Published
2020-05-31
How to Cite
Etienne, A., Alexis, O., & Wilson, D. C. O. G. (2020). Evaluation De L’activité Acaricide De Quelques Biopesticides Sur L’acarien Tarsonème, Polyphagotarsonemus Latus Banks (Acari : Tarsonemidae) Infestant L’aubergine Gboma (Solanum Macrocarpon L.) Au Sud-Bénin. European Scientific Journal, ESJ, 16(15), 442. https://doi.org/10.19044/esj.2020.v16n15p442
Section
ESJ Natural/Life/Medical Sciences