Modélisation des ressources manganésifères de la zone B-Centre (gisement de manganèse de Lauzoua, Côte d'Ivoire)

  • Niangoran Kouadio Charles Université Jean Lorougnon Guédé, Laboratoire de Science et Technologie de l’Environnement Daloa, Côte d’Ivoire
  • Bie Goha René Université Jean Lorougnon Guédé, Laboratoire de Science et Technologie de l’Environnement Daloa, Côte d’Ivoire
  • Gbangbot Jean-Michel Kouadio Université Jean Lorougnon Guédé, Laboratoire de Science et Technologie de l’Environnement Daloa, Côte d’Ivoire
Keywords: Modélisation, ressources, gisement, manganèse, CML

Abstract

La construction de modèles 3D et leur utilisation demeurent répandues dans le domaine de la géologie. Cela peut être expliqué, entre autres, par la diversité des données à disposition et les nombreuses étapes à réaliser afin de construire un modèle 3D valide et cohérent par rapport à son utilisation. Afin de pallier ce déficit au sein de la CML, ce projet d’étude a été mené dans un contexte particulier. En effet, la minéralisation manganésifère de la mine de Lauzoua est de très faible épaisseur (8 à 13 m) contrairement aux autres mines dans le monde. De ce fait la mine de Lauzoua est exploitée sous forme de carrière. Les projets avancés s’arrêtent donc à l’étape des puits et tranchées. Les tables de données pour la modélisation sont donc des données issues des puits de prospection et non de sondages. Les données sont entre autres l’identifiant du puits, les coordonnées (X, Y, Z), les épaisseurs échantillonnées et les résultats d’analyse géochimiques (teneurs en Mn). Les tables ont été utilisées pour créer un modèle solide puis validé. Les ressources ont été estimées par trois méthodes d’interpolation à savoir le krigeage, la méthode du plus proche voisin et la pondération inverse de la distance. Les tests statistiques ont permis de retenir l’estimation faite par le krigeage ordinaire, soit 559411T de minerai d’une teneur moyenne de 29,44%. La modélisation permet de réduire les coûts d’exploration et d’exploitation des gisements. Ensuite, elle contribue à réduire les risques financier et matériel. Enfin, elle permet une meilleure planification des opérations d’extraction. C’est un outil d’aide à la prise de décision.

The construction of 3D models and their use remain uncommon in the field of geology. This can be explained, among other things, by the diversity of the data available and the many steps to be taken in order to build a valid 3D model that is consistent with its use. In order to overcome this deficit within CML, this study project was carried out in a particular context. Indeed, the manganesiferous mineralization of the Lauzoua mine is very thin (8 to 13 m) compared to mines in the world, and as a result is exploited in the form of a quarry, so advanced projects stop at the shaft and trench stage. The data tables for modelling are therefore data from prospecting wells and not from boreholes. The data include well ID, coordinates (X, Y, Z), sampled thicknesses, geochemical analysis results (Mn values), etc. The tables were used to create a solid model and then validated. Resources were estimated by three interpolation methods. Statistical tests made it possible to retain the estimate made by ordinary kriging, i.e. 559411T of ore with an average grade of 29.44%. Modelling reduces the costs of exploration and exploitation of deposits and reduces financial and material risks. It allows a better planning of extraction operations, it is a decision-making tool.

Downloads

Download data is not yet available.
Published
2020-01-31
How to Cite
Charles, N. K., René, B. G., & Kouadio, G. J.-M. (2020). Modélisation des ressources manganésifères de la zone B-Centre (gisement de manganèse de Lauzoua, Côte d’Ivoire). European Scientific Journal, ESJ, 16(2), 105. https://doi.org/10.19044/esj.2020.v16n2p105