Les Plaies Pénétrantes De L’abdomen Par Armes À Feu : Aspects Épidémiologiques, Cliniques, Lésionnels Et Thérapeutiques Au CHU Communautaire De Bangui, Centrafrique

  • Pierre Alfred Issa Mapouka Service de traumatologie et d’orthopédie, Centre Hospitalier Universitaire Communautaire, Bangui
  • Valère Ndoma Ngatchoukpo Service de chirurgie pédiatrique, Centre Hospitalier Universitaire
  • Pétula Anicette Ngboko Mirotiga Service de traumatologie et d’orthopédie, Centre Hospitalier Universitaire Communautaire, Bangui
  • Don Rodrigue Nabia Service de traumatologie et d’orthopédie, Centre Hospitalier Universitaire Communautaire, Bangui
  • Vianney Auxence Roméo Fioboy Service de traumatologie et d’orthopédie, Centre Hospitalier Universitaire Communautaire, Bangui
  • Bertrand Jean de Dieu Tékpa Service de traumatologie et d’orthopédie, Centre Hospitalier Universitaire Communautaire, Bangui
Keywords: Abdomen, Plaies pénétrantes, Arme à feu, Traitement, Centrafrique

Abstract

Objectif : Décrire les aspects épidémiologiques, cliniques, lésionnels et thérapeutiques des plaies pénétrantes de l’abdomen par armes à feu dans un contexte de conflit armé. Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive portant sur les plaies pénétrantes de l’abdomen par armes à feu. Etaient inclus, tous les patients traités dans le service de traumatologie et d’orthopédie du Centre Hospitalier Universitaire Communautaire de Bangui du 1er Octobre 2013 au 31 Mars 2014. Résultats : La série comportait 56 patients : 52 hommes (92,8%) et 4 femmes (7,2%). L’âge moyen des patients était de 29,8 ± 3,9 ans. Les belligérants (39,3%) étaient plus touchés suivis des élèves et étudiants (21,4%). Les circonstances des plaies étaient les affrontements (48,2%), les agressions et rixes (30,4%) et les balles perdues (21,4%). Les moyens de transport des patients étaient les véhicules privés (44,6%), les ambulances non médicalisées (35,8%), les motos-taxis (12,5%) et les pousses-pousses (7,1%). Le délai moyen d’admission était de 2,5 heures. Les signes cliniques étaient : la douleur abdominale (100%), l’irritation péritonéale (76,8%), le choc hémorragique (23,2%), l’éviscération (14,3%) et l’écoulement du liquide digestif (9%). La laparotomie exploratrice était réalisée chez 51 patients (91%) tandis que 5 patients (9%) ont fait l’objet d’une abstention chirurgicale. Des lésions d’organes étaient retrouvées dans 88,2% des cas. Les organes plus atteints étaient le grêle (39,2%), le colon (23,7%) et le foie (9,3%). Les lésions concernaient un organe dans 51,1% des cas et pluriviscérales dans 48,9% des cas. Les principaux gestes chirurgicaux pratiqués étaient l’excision-suture des organes (25 cas), les stomies (21 cas) et la résection-anastomose (17 cas). La morbidité était de 40% dominée par la suppuration pariétale (56%). La mortalité était de 17,9%. La durée moyenne d’hospitalisation était de 10 jours. Conclusion : Les plaies abdominales par armes à feu sont fréquentes en période de conflit armé. Elles touchent les sujets jeunes majoritairement les hommes. Les lésions organiques sont souvent multiples. Dans notre contexte, la prise en charge préhospitalière était inexistante et insuffisante en milieu hospitalier. Ce qui était à l’origine d’une morbidité et mortalité élevées.

Objective: Describe the epidemiological, clinical, and lesional aspects and to report the results of the management of penetrating abdominal wounds by firearms in a context of armed conflict. Patients and methods: This is a retrospective descriptive study of penetrating abdominal wounds by firearms. Included were all patients treated and followed in the Trauma and Orthopedic Department of the Bangui Community University Hospital Center from October 1, 2013 to March 31, 2014. Results: The series included 56 patients: 52 men (92.8%) and 4 women (7.2%). The average age of the patients was 29.8±3,9 years old. The means of transport for the patients were private vehicles (44.6%), non-medical ambulances (35.8%), motorcycle taxis (12.5%) and pushpushes (7.1%). The average admission time was 2.5 hours. The circumstances of the wounds were clashes (48.2%), assaults (30.4%) and stray bullets (21.4%). The clinical signs were: abdominal pain (100%), peritoneal irritation (76.8%), hemorrhagic shock (23.2%), evisceration (14.3%) and the flow of digestive fluid (9%). Exploratory laparotomy was performed in 51 patients and 5 patients underwent surgical abstention. Intra-abdominal organ lesions were found in 45 patients (88.2%) while in 6 patients (11.8%), the laparotomy was white. The most affected organs were hail (39.2%), colon (23.7%) and liver (9.3%). The wounds concerned a single organ in 22 patients (48.9%) whereas in 23 patients (51.1%) they were plurivisceral. Morbidity was 40% and mortality was 17,9%. The average hospital stay was 10 days. Conclusion: Abdominal gunshot wounds affect young people, particularly men in times of armed conflict. Organic lesions are often multiple. Prehospital care is non-existent and insufficient in a hospital setting which causes high morbidity and mortality.

 

Downloads

Download data is not yet available.
Published
2019-12-31
How to Cite
Mapouka, P. A. I., Ngatchoukpo, V. N., Mirotiga, P. A. N., Nabia, D. R., Fioboy, V. A. R., & Tékpa, B. J. de D. (2019). Les Plaies Pénétrantes De L’abdomen Par Armes À Feu : Aspects Épidémiologiques, Cliniques, Lésionnels Et Thérapeutiques Au CHU Communautaire De Bangui, Centrafrique. European Scientific Journal, ESJ, 15(36), 475. https://doi.org/10.19044/esj.2020.v15n36p475