Détermination Des Teneurs En Mercure (Hg) Total Chez La Moule Perna Perna Et L’oursin Echinometra Lucunter De La Baie De Soumbédioune (Sénégal) Et Évaluation Des Risques Sanitaires

Ousmane Diankha, Thiapato Ndiaye, Constance Agbogba, Alassane Sarr

Abstract


La baie de Soumbédioune où s’effectue une importante activité de cueillette et de commercialisation de fruits de mer, constitue le réceptacle d’énormes quantités d’eaux usées et de déchets provenant du canal 4 et des activités artisanales qui s’y effectuent. C’est dans ce contexte qu’une étude visant à déterminer le niveau de contamination par le mercure des moules (Perna perna) et des oursins (Echinometra lucunter) et à évaluer les risques sanitaires liés à consommation de ces produits a été réalisée. Elle a consisté à collecter des échantillons (crus et transformés) de ces deux espèces durant les périodes d’abondance et de non-abondance en 2018. L’analyseur direct de mercure DMA-80 a été utilisé pour déterminer teneurs en mercure contenues dans ces espèces. Les résultats obtenus après analyses montrent la présence de ce métal très toxique dans les parties comestibles de ces espèces mais à des concentrations en deçà de la norme établie par l’agence américaine pour la protection de l’environnement. Ces concentrations varient entre 0,0172 et 0,0475 mg.kg-1 pour les moules contre 0,0153 et 0,0274 mg.kg-1 pour les oursins. Les indices de risque sanitaire obtenus (oscillant entre 0,070 et 0,844) sont inférieurs à 1 révèlent que la consommation de ces espèces reste pour le moment sans danger. Néanmoins, elles devraient être consommées modérément en raison de la capacité du mercure à se bioaccumuler dans les organismes.br />

Soumbedioune Bay, marked by an intense activity of exploitation and marketing of seafood, is the receptacle of huge quantities of wastewater from channel 4 and artisanal activities which are carried out there. That’s why a study aiming to determine the level of mercury contamination of mussels (Perna perna) and sea urchins (Echinometra lucunter) and to assess the health risks associated with their consumption was performed. It consisted to collect samples (non-transformed and transformed products) of these two species during the periods of abundance and non-abundance in 2018. The direct mercury analyzer DMA-80 was used to determine the mercury contents contained in these species. The results obtained after analyzes show the presence of this very toxic metal in the edible parts of these species but at concentrations below the standard established by the American agency for the protection of the environment. These concentrations vary between 0.0172 and 0.0475 mg.kg-1 for mussels against 0.0153 and 0.0274 mg.kg-1 for sea urchins. The health risk indices obtained (oscillating between 0.070 and 0.844) less than 1 reveal that the consumption of these species remains safe for the moment. However, they should be consumed moderately due to the ability of mercury to bioaccumulate in organisms

Full Text:

PDF Review History


Copyright (c) 2020 European Scientific Journal, ESJ




European Scientific Journal (ESJ)

 

ISSN: 1857-7881 (Print)
ISSN: 1857-7431 (Online)

 

Contact: contact@eujournal.org

To make sure that you can receive messages from us, please add the 'eujournal.org' domain to your e-mail 'safe list'. If you do not receive e-mail in your 'inbox', check your 'bulk mail' or 'junk mail' folders.




Publisher: European Scientific Institute, ESI.
ESI cooperates with Universities and Academic Centres on 5 continents.