Etude Des Plantes Médicinales Utilisées Par Les Femmes Autochtones Pygmées (Batwa) Enceintes Dans L’hinterland Du Parc National De Kahuzi-Biega (Rift albertin, RD. Congo)

  • Mukumba Isumbisho Pacifique Doctorant à l’Ecole Doctorale de l’Université du Burundi, Chercheur au Centre de Recherche pour la Promotion Rurale (CERPRU) de l’Institut Supérieur de Développement Rural de Bukavu (ISDR-Bukavu), Bukavu RD. Congo
  • Mukumba Isumbisho Pacifique Doctorant à l’Ecole Doctorale de l’Université du Burundi, Chercheur au Centre de Recherche pour la Promotion Rurale (CERPRU) de l’Institut Supérieur de Développement Rural de Bukavu (ISDR-Bukavu), Bukavu RD. Congo
  • Mangambu Mokoso Jean De Dieu Mokoso Jean De Dieu Professeur à l’Université Officielle de Bukavu, Département de Biologie, Laboratoire de Systématique, Biodiversité et Management des Ecosystèmes, Bukavu, RD. Congo
  • Iragi Kaboyi Gentil Chercheur au Centre de Recherche en Sciences Naturelles CRSN/Lwiro, Département de Biologie, section Botanique, laboratoire d’Ethnobotanique Bukavu, RD. Congo
  • Manirakiza René Professeur à l’Université du Burundi,Bujumbura, Burundi
Keywords: Savoirs traditionnels, Populations autochtones, Plantes médicinales, Ressources naturelles

Abstract

Introduction : La femme devient vulnérable à certaines pathologies pendant la grossesse en milieux ruraux et le recours à la pharmacopée traditionnelle en utilisant les plantes médicinales est la solution souvent adoptée. Cet article se focalise sur l’utilisation des plantes médicinales chez les femmes autochtones Batwa enceintes vivant aux alentours du Parc National de Kahuzi Biega (PNKB). Les connaissances et les pratiques de ces femmes nous ont permis d’inventorier et de déterminer les différents usages de ces plantes. Méthodologie : Les données utilisées dans cette étude ont été collectée au moyen d’une enquête ethnobotanique menée à l’aide d’un questionnaire en suivant la méthode de l’interview semi-structuré. Les données collectées qui portent sur les caractéristiques ethnobotaniques, ont été traitées et analysées avec des logiciels ethnobotaniques et statistiques appropriés afin de
sélectionner quelques plantes pour de futurs tests de laboratoire.
avec des logiciels ethnobotaniques et statistiques appropriés afin de sélectionner quelques plantes pour de futurs tests de laboratoire. Résultat : La plupart des tradipraticiens interviewés étaient des femmes (83,88 %) et une grande proportion d’entre eux (35%) était âgée de plus de 65 ans. Les plantes utilisées ont été classées en fonction des différents stades de l’évolution de la grossesse. Ainsi, les Dichrocephala integrifolia, Kalanchoe pinnata, Pennicetum purpureum Plantago palmata,Commelina difusa , Physalis angulata , Aloe barbadensis, Rumex bequaertii, Cannabis sativa, Carapa grandiflora Myrianthus arborea et Acmella caulirhiza ont un taux de fidélité de 100 %. Les organes les plus utilisés sont des tiges feuillées (37,14 %) et les pressages (66,6 %) sont les plus citées en tant que techniques de préparation. Conclusion : Ces résultats illustrent la richesse de ces peuples et ces ressources végétales méritent un intérêt scientifique en vue d’une bonne valorisation.

Introduction: Women become vulnerable to certain pathologies during pregnancy in rural areas and the use of traditional pharmacopoeia using medicinal plants is the solution often adopted. This article focuses on the use of medicinal plants among pregnant indigenous Batwa women living around the Kahuzi Biega National Park (KBNP). The knowledge and practices of these women have enabled us to inventory and determine the different uses of these plants. Methodology: The data used in this study was collected by means of an ethnobotanical survey conducted using a questionnaire following the semistructured interview method. The data collected, which included ethnobotanical characteristics, were processed and analyzed with appropriate ethnobotanical and statistical software in order to select a few plants for future laboratory testing. Result: Most of the traditional practitioners interviewed were women (83.88%) and a large proportion of them (35%) were over 65 years of age. The plants used were classified according to the different stages of pregnancy development. Thus, Dichrocephala integrifolia, Kalanchoe pinnata, Pennicetum purpureum, Plantago palmata, Commelina difusa , Physalis angulata , Aloe barbadensis, Rumex bequaertii, Cannabis sativa, Carapa grandiflora Myrianthus arborea and Acmella caulirhiza have a 100% fidelity. The most commonly used organs are leafy stems (3714 %) and pressing (66, 6 %) is the most cited preparation technique. Conclusion: These results illustrate the richness of these peoples and these plant resources deserve scientific interest in order to be properly valorized.

Downloads

Download data is not yet available.
Published
2020-09-29
How to Cite
Isumbisho Pacifique, M., Isumbisho Pacifique, M., Mokoso Jean De Dieu, M. M. J. D. D., Kaboyi Gentil, I., & René, M. (2020). Etude Des Plantes Médicinales Utilisées Par Les Femmes Autochtones Pygmées (Batwa) Enceintes Dans L’hinterland Du Parc National De Kahuzi-Biega (Rift albertin, RD. Congo). European Scientific Journal, ESJ, 16(27), 107. https://doi.org/10.19044/esj.2020.v16n27p107
Section
ESJ Natural/Life/Medical Sciences