Contribution à l’analyse des problématiques du braconnage dans des terroirs villageois situés à la périphérie de la Réserve Naturelle Nationale de Termit et Tin-Toumma au sud-est du Niger

  • Baggnian Issoufou Université de Tahoua, Faculté des Sciences Agronomiques (FSA), Département des Ressources Naturelles et de l’Environnement, BP 255 Tahoua, Niger
  • Souleymane Mahaman Maman Noura Université de Tahoua, Faculté des Sciences Agronomiques (FSA), Département des Ressources Naturelles et de l’Environnement, BP 255 Tahoua, Niger
  • Adamou Maidanda Ismael Ecole Doctorale, Biodiversité et Gestion de l’Environnement, Université Dan Dicko Dankoulodo de Maradi
Keywords: braconnage, Termit, TinToumma, Réserve Naturelle, Sud-Est Niger, actions concertées

Abstract

De nos jours, la faune sauvage au Niger est confrontée à plusieurs pressions dont le braconnage. Ce braconnage se fait aussi bien dans les aires protégées que dans les villages riverains. L’objectif de cette étude est d’analyser la problématique du braconnage dans l’une de six communes (Tanout) limitrophes de la Réserve Naturelle Nationale de Termit et Tin-Toumma dans le Sud-Est Niger. La méthodologie appliquée dans le cadre de cette étude est celle des enquêtes individuelles et les interviews semistructurées auprès de 256 ménages. Les résultats montrent que 12 espèces sont braconnées dont cinq (5) mammifères, quatre (4) oiseaux, deux (2) reptiles et un (1) amphibien. Aussi, la Gazelle dorcas et l’Outarde arabe sont les plus chassées à cause de leur abondance. Ainsi, la population riveraine reste à 92% le principal acteur de cette pression sur la faune. Le manque d’emploi (43,10%), la pauvreté (24,14%) et la famine (22,41%) sont les raisons qui poussent la population dans cette activité de braconnage. Au vu des impacts négatifs prévisibles suite aux pressions humaines croissantes, il est nécessaire d’instaurer une cogestion à moyen et long terme des ressources naturelles au niveau des communes riveraines de la Réserve Naturelle Nationale de Termit Tin Toumma (RNNTT) dans le but de créer un nouveau cadre d’actions concertées pour la gestion durable des ressources naturelles.

Nowadays, wildlife in Niger faces several pressures including poaching. This poaching takes place in protected areas as well as in riverside villages. The objective of this study is to analyze the poaching problem in one of the six communes (Tanout) bordering the Termit and Tin-Toumma National Nature Reserve in southeastern Niger. The methodology applied in this study is that of individual surveys and semi-structured interviews with 256 households. The results show that 12 species are encountered by poachers, including five (5) mammals, four (4) birds, two (2) reptiles and one (1) amphibian. Also, the Dorcas Gazelle and the Arabian Bustard are the most hunted because of their abundance. Thus, 92% of the riparian population remains the main actor of this pressure on the fauna. Lack of employment (43.10%), poverty (24.14%) and famine (22.41%) are the reasons that push the population into this activity. In view of the foreseeable impacts of increasing human pressures, it is necessary to establish medium and longterm co-management of natural resources at the level of the riparian communes of the Termit Tin Toumma National Nature Reserve (RNNTT) in order to create a new framework for concerted actions for the sustainable management of natural resources.

Downloads

Download data is not yet available.

Metrics

Metrics Loading ...
Published
2020-12-31
How to Cite
Issoufou, B., Noura, S. M. M., & Ismael, A. M. (2020). Contribution à l’analyse des problématiques du braconnage dans des terroirs villageois situés à la périphérie de la Réserve Naturelle Nationale de Termit et Tin-Toumma au sud-est du Niger. European Scientific Journal, ESJ, 16(40), 119. https://doi.org/10.19044/esj.2020.v16n40p119