Etude comparative des performances des plateformes de compostage de Siteu et de Ngui à Dschang (Cameroun)

  • Ngahane Emilienne Laure Université de Dschang, Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles, Filière des Métiers du Bois, de l’Eau et de l’Environnement (UDs/FASA/FMBEE)
  • Sagne Moubé Joël Université de Dschang, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Département de Géographie (UDs/FLSH/DG)
  • Nana Paulin Université de Dschang, Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles, Filière des Métiers du Bois, de l’Eau et de l’Environnement (UDs/FASA/FMBEE)
Keywords: Caractéristiques des déchets, échelle d’activité, productivité, compostage, Dschang

Abstract

A Dschang, le compostage artisanal est le mode de traitement de la fraction fermentescible majoritaire dans les déchets locaux. Qualifié d’activité à haute intensité de main d’œuvre (HIMO), il permet de créer trois emplois directs par tonne/jour de déchets traités. Les deux plateformes fonctionnelles de nos jours à Dschang occupent une quarantaine de personnes et permettent de traiter en moyenne 3 000 tonnes de déchets chaque année. Afin d’entrevoir leur autonomie, les équipes ont été évaluées par la méthode du bilan main d’œuvre. Cette méthode est pratique et permet d’exprimer la productivité des agents afin d’évaluer le coût de production et d’identifier les leviers d’optimisation. En ce sens, l’augmentation des quantités de déchets traités par agent afin de diminuer le coût de production et l’amélioration de la qualité de compost produit afin de faciliter son utilisation ont été identifiées comme les leviers internes. Cependant, s’il est aisément admis que la qualité obtenue est surtout conditionnée par la nature des déchets initiaux ; la quantité obtenue l’est tout aussi. En effet, l’étape de tri ainsi que l’étape d’affinage (criblage), nécessaires pour l’obtention d’un compost de qualité, représentent aussi les étapes les plus chronophages et qui déterminent objectivement leur productivité. A Dschang, ces deux étapes représentent en moyenne 84% (66% pour le tri et 18% pour le criblage) du temps de travail. Les performances de compostage mesurées diffèrent de 22% en faveur de Ngui où la productivité se situe à 10,41 ttraitées/homme.mois tandis qu’elle se situe à 8,53 ttraitées/homme.mois à Siteu. Les facteurs majeurs justifiant ces variations sont la qualité des déchets entrants (à 46,2%) et l’aménagement des sites (à 34,3%). Aussi, quelques retours négatifs, liés à la présence d’indésirables, ont été enregistrés auprès des utilisateurs du compost produit à Siteu. Donc, du fait de la meilleure qualité des déchets entrants et de la concentration des activités sur un espace limité à Ngui par rapport à Siteu, la consolidation des emplois créés et la pérennisation de l’activité de compostage seraient assurées sur le site de Ngui car il a été établi que ces dernières passeraient, entre autres, par l’atteinte d’une productivité minimale de 10 ttraitées/homme.mois. Ceci renforce l’argument de développer le compostage de proximité (au plus près de la production des déchets) et questionne sur la construction de grands sites.

 

Artisanal composting is the method of treating the waste’s fermentable fraction in Dschang. Qualified as a high intensity workforce, it provides three direct jobs per ton of daily treated waste. Around 40 people work in the two nowadays operational platforms and treat an average of 3,000 ton of waste each year. To foresee their autonomy, the guarantee of the sustainability of activities and consolidation of these jobs, the teams were assessed using the workforce assessment method. It’s a practical method for expressing the productivity of workers to express the cost of production and identify optimization levers. In this vein, the increase in the quantities of waste treated per agent in order to reduce the production cost and the improvement of the quality of the compost produced in order to facilitate its use have been identified as the internal levers. However, if it is readily accepted that the quality of compost is mainly conditioned by the nature of the initial waste; so is the quantity of compost obtained. In fact, the sorting stage as well as the screening stage, necessary to obtain good quality compost, also represent the most time-consuming stages and which objectively determine the worker’s productivity. In Dschang, these two stages represent 84% (66% for sorting and 18% for screening). Ngui’s team with a monthly productivity of 10.41 ton of waste treated/person performs 22% more than Siteu’s team with a monthly productivity of 8.53 ton of waste treated/person. The major factors justifying these variations are the quality of incoming waste (at 46.2%) and site development (at 34.3%). Some negative feedback due to the presence of unwanted items were also recorded among users of the compost produced in Siteu. Therefore, due to the better quality of incoming waste and the concentration of activities on a limited space on the Ngui platform compared to that of Siteu, the consolidation of the jobs created and the sustainability of the composting activity would be ensured at Ngui. It was established that continuation of activities would require, among other things, the achievement of a minimum monthly productivity of 10 ton of waste treated/person. This strengthens the argument for developing local composting (as close as possible to waste production) and raises questions about the construction of large sites.vvvv

Downloads

Download data is not yet available.
Published
2021-05-31
How to Cite
Laure, N. E., Joël, S. M., & Paulin, N. (2021). Etude comparative des performances des plateformes de compostage de Siteu et de Ngui à Dschang (Cameroun). European Scientific Journal, ESJ, 17(17), 248. https://doi.org/10.19044/esj.2021.v17n17p248
Section
ESJ Natural/Life/Medical Sciences