La Culture Attelée: un Progrès dans les Méthodes de Production Agricole aux Incidences Agro-pédologiques et Socio-éducatives Néfastes dans la Sous-préfecture de Sirasso

  • Yéo Nogodji Jean Université Alassane Ouattara, Département de Géographie, Unité de Recherche et de Développement, Bouaké, Côte d’Ivoire
Keywords: Culture attelée, progrès, production agricole, agro-pédologique, socio-éducative, sirasso

Abstract

Soldés par des échecs au cours de la décennie 1950-1960, les essais de développement de la culture attelée en Côte d'Ivoire ont finalement connus une suite heureuse de 1971 à 1980 avec la mise en place de 10.000 attelages de bovins. Depuis, cette forme de mécanisation de l’agriculture s’est progressivement répandue dans le Nord de la Côte d’Ivoire notamment dans la sous-préfecture de sirasso du fait des résultats probants qu’elle a enregistrés et de l’adhésion massive des populations rurales. Ce fort engouement pour cette forme d’agriculture et les avantages qu’elle renferme voile, cependant, ses incidences agro-pédologiques et socio-éducatives négatives qui, sommes toutes, méritent un regard particulier dans cette sous-préfecture. Cet article est donc une analyse des incidences négatives de ce moyen de production agricole prisé à sirasso. Pour y parvenir, l’étude s’est appuyée sur des données secondaires et primaires issues de recherches documentaires et des enquêtes de terrain auprès de 219 acteurs (84 agriculteurs, 135 agro-éleveurs) dans la sous-préfecture de sirasso. L’analyse qualitative et quantitative faite à partir de ces données indique que la culture attelée est une avancée dans les méthodes de production agricole du fait de la réduction de l’effort humain et des multiples tâches manuelles pénibles, de l’exploitation de surfaces agricoles relativement grandes et de l’augmentation des volumes de production qu’elle rend possible. L’étude relève, en outre, que 79,5 % des acteurs enquêtés ont au moins une paire de bovins de culture attelée. Ce qui montre que l’appropriation quasi généralisée de cette forme de production agricole demeure tout de même nuisible du point de vue socio-éducatif et agro-pédologique. À ce propos, l’étude révèle que le labour à la charrue accélère l’érosion et le lessivage des terres cultivées. Ce qui peut dans le long terme hypothéquer l’agriculture dans ces espaces. En outre, du fait de la coïncidence des périodes des travaux champêtres avec celle de l’année scolaire, ce moyen de production agricole constitue une source de déscolarisation et non scolarisation des enfants qui sont les plus utilisés pour conduire les attelages de bovins (68 % des enfants commis à cette tâche est déscolarisé et 21,45 % non scolarisé).

 

Sold by failures during the decade 1950-1960, the development trials of harnessed cultivation in Ivory Coast finally had a successful follow-up from 1971 to 1980 with the establishment of 10,000 cattle teams. Since then, this form of mechanization of agriculture has gradually spread in the north of Ivory Coast, particularly in the sub-prefecture of sirasso due to the convincing results it has recorded and the massive support of the rural populations. This strong enthusiasm for this form of agriculture and the advantages it contains veils, however, its negative agro-pedological and socio-educational impacts which, all in all, deserve a special look in this sub-prefecture. This article is therefore an analysis of the negative impacts of this popular means of agricultural production in Sirasso. To achieve this, the study relied on secondary and primary data from documentary research and field surveys with 219 stakeholders (84 farmers, 135 agro-pastoralists) in the sub-prefecture of sirasso. The qualitative and quantitative analysis made from these data indicates that harness farming is an advance in agricultural production methods due to the reduction in human effort and the multiple painful manual tasks, the exploitation of agricultural areas. relatively large and the increase in production volumes that it makes possible. The study further notes that 79.5% of the actors surveyed have at least one pair of harnessed culture cattle. This shows that the almost generalized appropriation of this form of agricultural production is still harmful from a socio-educational and agro-pedological point of view. In this regard, the study found that plowing with a plow accelerates erosion and leaching of cropland. This can in the long term jeopardize agriculture in these areas. In addition, due to the coincidence of the periods of field work with that of the school year, this means of agricultural production constitutes a source of school drop-out and non-schooling of children who are the most used to drive cattle teams (68% of the children committed to this task are out of school and 21.45% out of school).   

Downloads

Download data is not yet available.

References

1. Arditi, C. (1996), « Paysans Sara et éleveurs arabes dans le sud du Tchad : Du conflit à la cohabitation ? » in homme et l'animal dans le bassin du lac Tchad, pp.555-573.
2. BARRO, A., ZOUGMORÉ, R., TAONDA, J. B. S. (2005), « Mécanisation de la technique du zaï manuel en zone semi-aride » in Cahiers Agricultures, 14(6), pp.549-559.
3. BIGOT, Y. (1983), « La culture attelée et ses limites dans l'évolution des systèmes de production en zone de savanes de Côte d'Ivoire » in Machinisme Agricole Tropical Information (84), pp.44-51.
4. BIGOT, Y. (1981), « La culture attelée et ses limites dans l'évolution des systèmes de production en zone de savanes de Cote d'Ivoire » in Cahiers ivoiriens de recherche économique et sociale, pp.10-29.
5. Charrière, G. (1984), « la culture attelée: un progrès dangereux » in Cahiers de l’ORSTOM, Séries Sciences Humaines, vol. xx, n° 3-4, pp.647-656.
6. Vall, E., Ngoutsop, A. D., Abakar, O., Mounkama, C. K., Choupa-mon, J., Bedogo, B., Koulmasse, K. (2003), La traction animale : une innovation en phase d’institutionnalisation, encore fragile, Actes du colloque « Savanes africaines : des espaces en mutation, des acteurs face à de nouveaux défis », Garoua.
7. Gibigaye, M., Sinsin, B., Adégbidi, A. (2006), « Partage du risque en milieu rural au Bénin: cas des CUMA dans le Borgou » in Sciences de l’Environnement, Laboratoire de Recherches Biogéographiques et d’Etudes Environnementales (LaRBE), pp.133-145.
8. Mbétid-Bessane, E. (2010), « Investissement en culture attelée et amélioration de la rentabilité de la culture cotonnière en Centrafrique » in Tropicultura, 28(3), pp.178-183.
9. Havard, M., Vall, É., Lhoste, P. (2009), «Évolution de la traction animale en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale » in Grain de sel n°48, pp.15-16.
10. Tillie, P., Louhichi, K., et Gomez-Y-Paloma, S. (2018), la culture attelée dans le bassin cotonnier en Côte d'Ivoire : Analyse et modélisation des impacts d'un programme de relance de la culture attelée, Publications Office of the European Union, Luxembourg.
11. Lhoste, P., Havard, M., Vall, É. (2010), La traction animale, Agricultures tropicales en poche, Quæ-CTA-PAG, Jouve.
12. Le Guen, T. (2004), « Le développement agricole et pastoral du Nord de la Côte-d’Ivoire : problèmes de coexistence » in Les Cahiers d’Outre-Mer, pp. 259-288.
Published
2022-08-31
How to Cite
Jean, Y. N. (2022). La Culture Attelée: un Progrès dans les Méthodes de Production Agricole aux Incidences Agro-pédologiques et Socio-éducatives Néfastes dans la Sous-préfecture de Sirasso. European Scientific Journal, ESJ, 8, 332. Retrieved from https://eujournal.org/index.php/esj/article/view/15765
Section
ESI Preprints