Influence Des Cultures Intercalaires Et De Bordure De L’oseille De Guinée Et Du Gombo Sur La Dynamique Des Insectes Ravageurs Et La Production Du Coton Dans Les Conditions Agro-Écologiques De Katibougou, 2019 /Mali

  • Diallo Seydou Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche Appliquée (IPR/IFRA) de Katibougou, Mali
  • Yaro Alpha Seydou Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB) de Bamako, Mali
  • Kansaye Laya Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche Appliquée (IPR/IFRA) de Katibougou, Mali
  • Doumma Ali Université Abdou Moumini de Niamey, Niger
Keywords: Cotton, insects pests, biocontrol

Abstract

La gestion des insectes ravageurs du cotonnier (Gossypium hirsutum) a toujours été émaillée par l’emploi répété de produits chimiques de synthèse, avec des effets néfastes sur l’environnement. Pour ce faire, une étude comparative portant sur différents modes d’association  a été menée en vue d’apporter de nouvelles stratégies de biocontrôle des insectes ravageurs du cotonnier. L’essai a été conduit en plein champ à Katibougou au Mali sur un dispositif en bloc de Fischer avec 3 répétitions et 9 traitements. Les paramètres agronomiques et entomologiques ont été étudiés et les résultats suivants ont été obtenus : Les insectes ravageurs majeurs ont été Dysdercus vὃlkeri et Aphis gossypii. Les modes de semis en bordure avec les deux plantes pièges (oseille de guinée et le gombo) ont attiré le maximum de D. vὃlkeri avec 12 individus/4plants pour les traitements en mode d’implantation du gombo en bordure contre 4 individus/4plants sur le traitement témoin. Concernant A. gossypii, nous avons enregistré 77,33% individus sur 4 plants de gombo installé en bordure du cotonnier contre 77,67% individus pour 4 plants pour le témoin. Seul Haritalodes derogata n’a pas été attiré par les deux plantes pièges quel qu’en soit le mode d’implantation des cultures pièges. Le mode semis gombo intercalaire a obtenu le meilleur rendement avec 2264kg/ha contre 1292kg/ha sur le témoin. Les résultats obtenus permettent de conclure que le recours aux plantes pièges permet de contrôler les ravageurs majeurs du cotonnier et améliorer le rendement en coton grain tout en réduisant l’emploi des produits chimiques.

The management of insect pests of cotton has always been marked by the repeated use of synthetic chemicals, with adverse effects on the environment. In order to achieve this, a study on different association modes was compared to provide new strategies for biocontrol of insect pests of cotton. The trial was conducted in the field at Katibougou in Mali on a Fischer block design with 3 replications and 9 treatments. Agronomic and entomological parameters were studied and the following results were obtained: The major insect pests were Dysdercus vὃlkeri and Aphis gossypii. The border planting modes with the two trap plants (guinea sorrel and okra) attracted the maximum number of D. vὃlkeri with 12 individuals/4plants for the okra border planting mode treatments versus 4 individuals/4plants on the control treatment. Concerning A. gossypii, we recorded 77.33% individuals on 4 okra plants installed in the cotton border against 77.67% individuals for 4 plants for the control. Only Haritalodes derogata was not attracted by the two trap plants whatever the mode of implantation of the trap crops.  The okra intercropping method obtained the best yield with 2264kg/ha against 1292kg/ha on the control. The results obtained allow us to conclude that the use of trap plants can control the major pests of cotton and improve the yield of grain cotton while reducing the use of chemical products.

Downloads

Download data is not yet available.

References

1. Achour, S., Khattabi, A., Rhalem, N., Ouammi, L., Mokhtari, A., Soulaymani, A., & Bencheikh, R. S. (2011). L’intoxication par les pesticides chez l’enfant au Maroc : Profil épidémiologique et aspects pronostiques (1990-2008). Santé publique, 23(3), 195‑205.
2. Ahouangninou, C., Fayomi, B. E., & Martin, T. (2011). Évaluation des risques sanitaires et environnementaux des pratiques phytosanitaires des producteurs maraîchers dans la commune rurale de Tori-Bossito (Sud-Bénin). Cahiers agricultures, 20(3), 216‑222.
3. Bagayogo, A., & Coulibaly, A. K. (2003). Effet des six durées de macération de l’amende de Neem sur les ravageurs du cotonnier et leurs ennemis naturels dans les conditions agro-climatiques de l’IPR/ IFRA de Katibougou. Mémoire de fin d’Etude du Cycle d’Ingénieur en Agronomie. IPR/IFRA de Katibougou, Mali, 57 P.
4. Berti, F., Hofs, J.-L., Zagbaï, H. S., & Lebailly, P. (2006). Le coton dans le monde, place du coton africain et principaux enjeux. Biotechnologie, agronomie, société et environnement, 10(4).
5. Cissé. (2016). Influence de la polyculture sur la dynamique des populations de l’arthropodofaune phytophage du cotonnier et de leurs ennemis naturels dans les conditions agro-ecologiques de katibougou au mali.
6. CNUCED. (2003). (Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement), Le développement économique en Afrique. UNCTAD/GDS/AFRICA 1 95 p.
7. Deguine, J.-P., Russell, D., & Ferron, P. (2008). Agroecology and ecological engineering for pest management. Cotton protection as a case study.
8. Eric, J. (2011). Service économique agricole et filière, Directeur de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt point focal national du projet e-PRPV (d’élargissement du programme régional de protection des végétaux). 21 P.
9. FAO. (2011). Produire Plus avec Moins. Guide à l’Intention des Décideurs sur l’Intensification Durable de l’Agriculture Paysanne. FAO: Rome 106p.
10. Fournier, E., & Bonderf, J. (1983). Les produits antiparasitaires a usage agricole; conditions d’utilisation et toxicologie.
11. Gomgnimbou, A. P., Savadogo, P. W., Nianogo, A. J., & Millogo-Rasolodimby, J. (2009). Usage des intrants chimiques dans un agrosystème tropical : Diagnostic du risque de pollution environnementale dans la région cotonnière de l’est du Burkina Faso. BASE.
12. Guèye, M. (2011). Lutte contre les ravageurs des stocks de céréales et de légumineuses au Sénégal et en Afrique occidentale : Une revue. BASE - Biotechnol. Agron. Soc. Environ. 15(1) : 183-194.
13. Kanda, M., Djaneye-Boundjou, G., Wala, K., Gnandi, K., Batawila, K., Sanni, A., & Akpagana, K. (2013). Application des pesticides en agriculture maraîchère au Togo. VertigO: la revue électronique en sciences de l’environnement, 13(1).
14. Lehmann, E., Oltramare, C., Nfon Dibié, J.-J., Konaté, Y., & De Alencastro, L. F. (2016). Assessment of occupational exposure to pesticides with multi-class pesticide residues analysis in human hairs using a modified QuEChERS extraction method, case study of gardening areas in Burkina Faso. POST_TALK.
15. Ngom, S., Seydou, T., Thiam, M. B., & Anastasie, M. (2012). Contamination des produits agricoles et de la nappe phréatique par les pesticides dans la zone des Niayes au Sénégal. Synthèse: Revue des Sciences et de la Technologie, 25, 119‑130.
16. Oerke, E., & Dehne, H. (2004). Safeguarding production – losses in major crops and the role of crop protection. Crop Protection, 23 : 275-85.
17. Okoumassoun, L.-E., Brochu, C., Deblois, C., Akponan, S., Marion, M., Averill-Bates, D., & Denizeau, F. (2002). Vitellogenin in tilapia male fishes exposed to organochlorine pesticides in Ouémé River in Republic of Benin. Science of the Total Environment, 299(1‑3), 163‑172.
18. Pimentel, D. (1995). Amounts of pesticides reaching target pests : Environmental impacts and ethics. Journal of Agricultural and environmental Ethics, 8(1), 17‑29.
19. PR-PICA. (2007). (Programme Régional de Protection Intégrée du Cotonnier en Afrique), 2013. Rapport synthèse des activités de recherche du Programme Régional de Protection Intégrée du Cotonnier en Afrique , 49p.
20. Toé, A., Domo, Y., Héma, O., & Guissou, P. (2000). Epidémiologie des intoxications aux pesticides et activité cholinestérasique sérique chez les producteurs de coton de la boucle du Mouhoun. Etudes et recherches sahéliennes, 4, 5.
21. Toé, A., Kinane, M., Kone, S., & Sanfo-Boyarm, E. (2004). Le non-respect des bonnes pratiques agricoles dans l’utilisation de l’endosulfan comme insecticide en culture cotonnière au Burkina Faso : Quelques conséquences pour la santé humaine et l’environnement. Revue Africaine de Santé et de Productions Animales, 2(3‑4), 275‑280.
22. Traoré, J., & Coulibaly, A. K. (2006). Etude de l’efficacité d’une plante piège des ravageurs du cotonnier : Le gombo dans les conditions de l’agro-écosystème de katibougou. Mémoire de fin d’Etude du Cycle d’Ingénieur en Agronomie. IPR/IFRA de Katibougou, Mali, IPR/IFRA de katibougou, 54 P.
23. Traoré, S. K., Mamadou, K., Dembélé, A., Lafrance, P., Mazelliert, P., & Houenou, P. (2006). Contamination de l’eau souterraine par les pesticides en régions agricoles en Côte-d’Ivoire (Centre, Sud et Sud-Ouest). Journal africain des sciences de l’environnement, 1(1), 1‑9.
24. Valenghi, D. (2001). Coton biologique au Mali. 44 pages.
Published
2022-02-28
How to Cite
Seydou, D., Alpha Seydou, Y., Laya, K., & Ali, D. (2022). Influence Des Cultures Intercalaires Et De Bordure De L’oseille De Guinée Et Du Gombo Sur La Dynamique Des Insectes Ravageurs Et La Production Du Coton Dans Les Conditions Agro-Écologiques De Katibougou, 2019 /Mali. European Scientific Journal, ESJ, 18(8), 214. https://doi.org/10.19044/esj.2022.v18n8p214
Section
ESJ Natural/Life/Medical Sciences