Caractérisation des parcs de Karité (Vitellaria paradoxa Gaertn) des terroirs de Kénioto et Samécouta (Kédougou, Sénégal)

  • Massamba Thiam Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture, Université Iba Der Thiam de Thiès, Sénégal
  • Madior Diouf Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture, Université Iba Der Thiam de Thiès, Sénégal
  • Ousmane Ndiaye Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture, Université Iba Der Thiam de Thiès, Sénégal
  • Cheikh Oumar Samb Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture, Université Iba Der Thiam de Thiès, Sénégal
  • Saliou Ndiaye Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture, Université Iba Der Thiam de Thiès, Sénégal
Keywords: Caractérisation, Champs, Jachères, Parc agroforestier, Vitellaria paradoxa

Abstract

 

Cette présente étude a été réalisée dans la zone de Kédougou, plus précisément dans les terroirs de Kénioto et Samécouta. Les parcs agroforestiers sont essentiellement constitués d’arbres à Vitellaria paradoxa Gaertn qui assurent des fonctions écologiques et socio-économiques. Cependant, sous les pressions démographiques et climatiques, ces parcs se dégradent. Ainsi, l’objectif de l’étude est de caractériser la végétation ligneuse de ces parcs agroforestiers. Pour ce faire, un inventaire florististique et des analyses physico-chimiques de sols ont été réalisés. Des observations et des enquêtes sur les pratiques culturales, l'alternance champ-jachère, les modes de gestion des arbres de karités... ont complété ces investigations. Les résultats révèlent la présence de 33 espèces ligneuses réparties en 13 familles. Le karité occupe une densité de 28,4 ind./ha dans les champs cultivées et 29 ind./ha dans les jachères. Les parcs à karités cultivés sont marqués par la prédominance des sujets à gros diamètres dont la majorité est concentrée dans la classe de hauteur de 6 à 18 m. Les jachères constituent l’entité dont le peuplement ligneux est le plus évolué avec des valeurs d‘indice de Shannon (2,54) et d‘équitabilité plus élevées que dans les champs cultivés. Les paramètres étudiés montrent une nette différence entre les entités Champs et Jachères avec une richesse spécifique (23 espèces) et un recouvrement (23,13%) plus élevés en dans les parcs cultivés. Si la jachère enrichit le sol en azote, les parcs cultivés sont plus riches en phosphore. Les initiatives participatives de régénération assistée permettraient une gestion durable de ces parcs et une meilleure conservation de l’espèce V. paradoxa Gaertn.

This present study was carried out in the Kedougou area, more precisely in the terroirs of Kenioto and Samecouta. Agroforestry parks are essentially made up of trees with Vitellaria paradoxa Gaertn that provide ecological and socio-economic functions. However, under demographic and climatic pressures, these parks are deteriorating. Thus, the objective of the study is to characterize the woody vegetation of these agroforestry parks. To do this, a florististic inventory and physico-chemical analyses of soils were carried out. Observations and surveys on cultivation practices, field-fallow alternation, shea tree management methods... have completed these investigations. The results reveal the presence of 33 woody species divided into 13 families. Shea occupies a density of 28.4 ind./ha in cultivated fields and 29 ind./ha in fallow land. Cultivated shea tree parks are marked by the predominance of large diameter subjects, the majority of which are concentrated in the height class of 6 to 18 m. Fallow land is the entity with the most evolved woody stand with higher Shannon index values (2.54) and equitability values than in cultivated fields. The parameters studied show a clear difference between the Fields and Fallow entities with a specific richness (23 species) and a higher recovery (23.13%) in cultivated parks. If fallow land enriches the soil with nitrogen, cultivated parks are richer in phosphorus. Participatory assisted regeneration initiatives would allow sustainable management of these parks and better conservation of the species V. paradoxa Gaertn.

Downloads

Download data is not yet available.

References

1. ANSD. (2010). Situation Economique et Sociale Régionale : Service Régional de la statistique et de la démographie de Kédougou. Ministère de l’Economie et des Finances.
2. Akpo L. E. et Grouzis M. (1996). Influence du couvert sur la régénération de quelques espèces ligneuses sahéliennes (Nord-Sénégal, Afrique occidentale). Webbia 50 (2) : 247-263.
3. Baize, D. (2000). Guide des analyses en pédologie, 2nd Ed. France, INRA Editions, 257 P.
4. Bamba K. (1985). Systèmes aériens et racinalfes de quelques essences. Spontanées et exotiques dans la région de Saponé. Mém. lng. des Eaux et For. Ouagadougou, p. 135.
5. Bertrand R. et Gigou L. (2000). La fertilité des sols tropicaux. Editions Maisonneuve et Larose, 397 p.
6. Blondel J. (1979). L’analyse des peuplements d’oiseaux, éléments d’un diagnostic écologique I. la méthode des échantillonnages fréquentiels progressifs (E.F.P). Rev. Ecol, la Terre et la Vie, 29 : 533-589.
7. Bonkoungou E. G. (1987). Monographie du Karité (Butyrospermum paradoxum Gaertn. f Hepper) , espèce agroforestière à usages multiples. IRBET / CNRST, 67 p.
8. Boyé A. (2001). Situation des ressources génétiques forestières du Sénégal, Note Thématique sur les Ressources Génétiques Forestières, en collaboration avec la FAO, l’IPGRI et le CIRAF, article, p20.
9. Camara N. (2016). Contribution du Vitellaria paradoxa (karité) dans la sécurité alimentaire du village de Kénioto, commune de Kédougou, Mémoire de fin d’études, C.N.F.T.E.F.C.P.N, Sénégal, 43p.
10. CBI. (2016). Exporting shea butter for cosmetics to Europe; Updated on Thursday, November 24,
11. Codjia J.T.C. (2003). Diversité et valorisation au niveau local des ressources végétales alimentaires du Bénin, p : 321-331.
12. CIRAD-Forêt. (1996). Agroforesterie et conservation des sols, présentation synthétique du programme, 270p.
13. Devineau J, Lecordier C. et Vattoux R. (1984). Evolution de la diversité spécifique du peuplement ligneux dans une succession préforestière de colonisation d’une savane protégée des feux (Lamto, Côte d’Ivoire). Conservatoire et Jardin Botanique Genève, 133p.
14. Dubut O. (2012). Les beurres : karité (Butyrospermum parkii), cacao (Theobroma cacao), kokum (Garcinia indica) et illipé (Shorea stenoptera), thèse, Université de Nantes Faculté de Pharmacie, 128p
15. Diouf M, Akpo LE, Rocheteau A., Goudiaby V. et Diagne. (2002). Dynamique du peuplement ligneux d’une végétation (Afrique de l’ouest). Journal des Sciences. 2 :1-10
16. Diop M, Kaya B, Niang A et Olivier A. (2005). Les espèces ligneuses et leurs usages : les préférences des paysans dans le Cercle de Ségou, au Mali. ICRAF, Working Paper N° 9. Nairobi : World Agroforestry Centre, 26 p.
17. Floret C. h., Pontanier R, Serpantié G. (1993). La Jachère en Afrique Tropicale. Dossier Mab16, UNESCO : Paris ; 86p.
18. Calu G. (2019). Observatoire de Biodiversité : Les indices de diversité en écologie des écosystèmes, Louernos Nature, 2019-2021-Blog géré par Guillaume Calu, Repéré à https://louernos-nature.fr/indices-de-diversite-ecologie-ecosystemes/
19. Hall, J. B., Aebischer, D.P., Tomlinson, H.F., OSEI-AMANING, E. et Hindle J.R. (1996). Vitellaria paradoxa. A Monograph. School of Agricultural and Forest Sciences. University of Wale Bangor, 105 p.
20. Hiernaux P, Le Hierou HN. (2006). Les parcours du Sahel. Sécheresse, 17(1-2) : 51-71.
21. Kaboré B. (2012). Dynamique du karité, Vitellaria paradoxa, dans les systèmes agraires du Burkina Faso, Université de Ouagadougou, Unité de formation et de recherche en sciences de la vie et de la terre Laboratoire de biologie et écologie végétales, 50 p.
22. Kaboré S. A. (2010). Etude de la dynamique de régénération du karité (Vitellaria paradoxa C. F. Gaertn.) dans le terroir de Sobaka (zone sud soudanienne du Burkina Faso) en champs et en jachères, mémoire, DEA/UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU, 96p.
23. Kaboré SA, Bastide B, Traoré S et Boussim JI. (2012). Dynamique du karité, Vitellaria paradoxa, dans les systèmes agraires du Burkina Faso. Bois et Forêt des Tropiques, 313(3)
24. Larrue S. (2005). Contribution au débat sur l’absence relative de karité au Sénégal : fondements naturels, raisons sociales ? Article, 12p.
25. Mabiala C. (2000). Caractérisation des sols du Sénégal oriental en vue de leur mise en valeur : cas des sols de Tinkoto mémoire de DEA en Géosciences Option. Environnement Sédimentaire, 85p.
26. Marone M. (2017). Contribution à la mise en oeuvre des activités du P.A.D.A.E.R en matière de DRS/CES dans la Région de Kédougou : cas d’aménagement du bassin versant d’Habibou, mémoire, ENSA-UIDT de Thiès, p70.
27. Mulaji, C. Disa-Disa, P., Kibal, I. et Culot M. (2016). Diagnostic de l’état agro-pédologique des sols acides de la province de Kinshasa en république démocratique du Congo (RDC), Comptes rendus Chimie.
28. Ngom D. (2014). Biodiversité et servicesécosystémiques dans les réserves de biosphère : réserve de biosphère du ferlo en Afrique de l’ouest. Verlag, Presses académiques francophones 184p.
29. Ouédraogo J. (1985). Contribution à l’étude du dynamisme des formations naturelles du Burkina : Reconstitution des jachères dans la zone de Kaibo, Niaogho. Mémoire de fin d’étude, IDR/ORSTOM, Ouagadougou, 63p.
30. Ouédraogo A. (2006). Diversité et dynamique de la végétation ligneuse de la partie orientale du Burkina Faso. Thèse de Doctorat, Université de Ouagadougou, Burkina Faso, 196p.
31. Ouédraogo S.J. et Devineau J.L. (1996). Rôle des jachères dans la reconstitution du parc à karité (Butyrospermum paradoxum) dans l'ouest du Burkina Faso, Article, 9p.
32. Piélou E. C. (1966). Species diversity and pattern diversity in the study of ecological succession, These. Biol.1: pp. 370-383.
33. Ramade F. (2003). Eléments d’Écologie : Écologie Fondamentale (3ème édition). Dunod, Paris ; 690p.
34. Sarr O, Ngom D., Diatta S., Ngaryo F. T. et Akpo L.E. (2014). Etat de la végétation ligneuse dans trois unités d’utilisation des terres d’une zone agropastorale au Sénégal (région de Kaffrine), Article in International Journal of Biological and Chemical Sciences, Département d’Agroforesterie, Université Assane Seck de Ziguinchor, Sénégal 17p.
35. Sarr O. (2009). Caractéristiques des ligneux fourragers dans les parcours communautaires de Lour Escale (région de kaffrine centre-Sénégal). DEA, FST, UCAD, 61p.
36. Seck O. (2012). Etude comparative des caractéristiques de germination de onze (11) écotypes de Vitellaria paradoxa Gaertn. F. dans la région de Kédougou, Bambey-Sénégal mémoire de fin de cycle ISFAR ex ENCR 47p.
37. Seignobos C. (1982). Végétations anthropiques dans la zone soudano-sahélienne : la problématique des parcs. Revue de géographie du Cameroun, 1-23p.
38. Soumana D., Rabi, C., Mahamane, A. et Dabi, N.H. (2010). Etat actuel de dégradation des populations de quatre espèces ligneuses fruitier en zone Sahélo-soudanienne du Niger Reserve total de faune de tamaux. 210p.
Published
2022-06-30
How to Cite
Thiam, M., Diouf, M., Ndiaye, O., Samb, C. O., & Ndiaye, S. (2022). Caractérisation des parcs de Karité (Vitellaria paradoxa Gaertn) des terroirs de Kénioto et Samécouta (Kédougou, Sénégal). European Scientific Journal, ESJ, 18(21), 267. https://doi.org/10.19044/esj.2022.v18n21p267
Section
ESJ Natural/Life/Medical Sciences