Caractérisation phytosociologique des anciens sites de traitements sylvicoles et de la réserve naturelle dans le parc national du Banco (Abidjan-Côte d’Ivoire)

  • Konan Affoué Patricia Unité de Formation et de Recherches en Sciences de la Nature, Université NANGUI ABROGOUA, Laboratoire de botanique, Côte d’Ivoire
  • Neuba Danho Fursy Rodelec Unité de Formation et de Recherches en Sciences de la Nature, Université NANGUI ABROGOUA, Laboratoire de botanique, Côte d’Ivoire
  • Malan Djah François Unité de Formation et de Recherches en Sciences de la Nature, Université NANGUI ABROGOUA, Laboratoire de botanique, Côte d’Ivoire
  • Akaffou Tchimou Antoine Unité de Formation et de Recherches en Sciences de la Nature, Université NANGUI ABROGOUA, Laboratoire de botanique, Côte d’Ivoire
Keywords: Caractérisation phytosociologique, Association TurraeanthoHeisterietum, Parc National du Banco

Abstract

La perturbation des milieux est à l’origine de la destruction des habitats, elle contribue à la perte de la biodiversité et est une des causes du changement de la flore dans une localité. Elle entraine par conséquent la transformation des associations végétales. L’objectif principal de cette étude est de rechercher les associations végétales dans le parc national du Banco suite aux plantations villageoises et aux essais  sylvicoles dus à la recherche d’une méthodologie propre à la sylviculture africaine. Pour ce faire, la caractérisation phytosociologique des anciens sites de traitements et de la réserve forestière a été réalisée. La méthode utilisée est celle de la phytosociologie synusiale. Les 91 relevés (82 dans les anciens sites de traitements sylvicoles et 9 dans la réserve forestière) ont permis de recenser  337 espèces de plantes réparties en 65 familles et 268 genres. Le dendrogramme issu de la classification hiérarchique ascendante des relevés a mis en évidence trois syntaxons dont deux sont constitués essentiellement des relevés des anciens sites de traitements et un des relevés de la réserve forestière. Aucun syntaxon ne renferme la totalité des espèces caractéristiques de l’association Turraeantho-Heisterietum. Cependant, dans deux syntaxons, la proportion des espèces caractéristiques de cette association est supérieure à 50%. 70,59% dans le syntaxon à Tarrietia utilis et Cola heterophylla (syntaxon des forêts secondaires), 52,94% dans le syntaxon à Cola chlamydantha et Drypetes chevalieri (syntaxon de la réserve forestière). Alors que dans le syntaxon à Dacryodes klaineana et Pleiocarpa mutica (syntaxon des forêts secondaires), 41% de ces espèces caractéristiques ont été enregistrées. Les espèces caractéristiques des autres formations forestières sont également peu représentées dans les syntaxons (moins de 40%). Il ressort donc de cette étude que le parc national du Banco demeure une forêt à Turraeanthus africanus et Heisteria parvifolia.

 

The disturbance of the environment is at the origin of the destruction of the habitats, it contributes to the loss of the biodiversity and is one of the causes of the change of the flora in a locality. It therefore leads to the transformation of plant associations. The main objective of this study is to research the plant associations in the Banco National Park following village plantations and silvicultural trials due to the search for a methodology specific to African silviculture. To do this, the phytosociological characterization of the former treatment sites and the forest reserve was carried out. The method used is that of synusial phytosociology. The 91 surveys (82 in the former silvicultural treatment sites and 9 in the forest reserve) made it possible to identify 337 species of plants divided into 65 families and 268 genera. The dendrogram resulting from the ascending hierarchical classification of the readings revealed three syntaxa, two of which essentially consist of the readings of the old treatment sites and one of the readings of the forest reserve. No syntaxon contains all the characteristic species of the Turraeantho-Heisterietum association. However, in two syntaxa, the proportion of characteristic species of this association is greater than 50%. 70.59% in the syntaxon to Tarrietia utilis and Cola heterophylla (syntaxon from secondary forests), 52.94% in the syntaxon to Cola chlamydantha and Drypetes chevalieri (syntaxon from the forest reserve). While in the Dacryodes klaineana and Pleiocarpa mutica syntaxon (secondary forest syntaxon), 41% of these characteristic species were recorded. Species characteristic of other forest formations are also poorly represented in the syntaxa (less than 40%). It therefore emerges from this study that Banco National Park remains a forest with Turraeanthus africanus and Heisteria parvifolia.

Downloads

Download data is not yet available.

References

1. Alexandre F., Genin A., Godron M. & Lecompte M. (1998). Distribution des plantes et organisation de la végétation. In: Espace géographique, tome 27, n°3: 228-238; doi : https://doi.org/10.3406/spgeo.1998.1163
2. Aubréville A. (1947). Les brousses secondaires en Afrique Equatoriale (Côte d’Ivoire, AEF Cameroun). Bois et Forêts des Tropiques, N°2: 24-49.
3. Aubréville A. (1951). Le concept d'association dans la forêt dense équatoriale de la basse Côte d'Ivoire, Bulletin de la Société Botanique de France, 98: 145-158, DOI: 10.1080/00378941.1951.10839833
4. Aubréville A. (1957-58). A la recherche de la forêt en Côte d’Ivoire. Bois et Forêts des Tropiques., n°56 : 17-32 ; n°58 : 12-28
5. Braun-Blanquet J. (1964). Pflanzensoziologie. Grundzüge der Vegetationskunde. 3e éd., Springer, Wien - New-York, 865 p.
6. Catinot R. (1965). Sylviculture en forêt dense africaine, Bois et forêts des Tropiques, n°100, 14 p.
7. Chevalier A. & Guinier Ph. (1953). Ce qu'il faut penser des Associations végétales du système J. Braun-Blanquet. In: Revue internationale de botanique appliquée et d'agriculture tropicale, 33ᵉ année, bulletin n°369-370: 323-334
8. Cougny G., Pedia P., Andoh-Alle J., Bile M., Egnankou M.W. & Kouakou A.K. (1995). Etude d’impact environnemental du projet de rénovation et d’extension de l’Ecole forestière d’aménagement d’une ferme piscicole dans le Parc National du Banco. Egide-Aegis Consultants et Direction de la Protection de la Nature, Abidjan, 71 p.
9. De Cáceres, M. & Legendre P. (2009). Associations between species and groups of sites: indices and statistical inference. Ecology 90: 3566–3574.
10. De Koning J. (1983). La forêt du Banco. Meded. Landbouwhogeschool Wageningen 83-1 ; 161p.
11. Dufrêne, M. & Legendre P. (1997). Species assemblages and indicator species: the need for a flexible asymetrical approach. Ecol. Monogr. 67: 345–366.
12. Dupuy B. (1998). Bases pour une sylviculture en forêt dense tropicale humide africaine. Projet FORAFRI, 387 p.
13. Gillet F. Julve Ph. & De Foucault B. (1991). La phytosociologie synusiale intégrée : objets et concepts. Candollea, 23p. https://www.researchgate.net/publication/37432386
14. Guillaumet J-L. & Adjanohoun E. (1971). La végétation de la Cote d’Ivoire. In: Le milieu naturel de Côte d’Ivoire. Mémoires ORSTOM, n°50: 160-232.
15. Hawthorne W. & Jongkind C. (2006). Woody plants of western african forests, shrubs and lianes from Senegal to Ghana, Royal Botanic Gardens, 1023 p
16. Kassambara A. & Mundt F. (2020). Extract and visualize the results of multivariate data analyses. 84 p URL http://www.sthda.com/english/rpkgs/factoextra
17. Maley J. (1990). L'histoire récente de la forêt dense humide africaine: essai sur le dynamisme de quelques formations forestières, Mémoire ORSTOM-CNRS: 337-382.
18. Mangenot G. (1950). Les forêts de la Côte d'Ivoire, Bulletin de la Société Botanique de France, 97: 156-157, DOI: 10.1080/00378941.1950.10834790.
19. Mangenot G. (1955). Etudes sur les forêts des plaines et plateaux de la Côte d’ivoire. Etudes éburnéennes, n°4 : 5-61
20. Meddour R. (2011). La méthode phytosociologique Braun-Blanqueto-Tüxenienne. 41p. https://www.researchgate.net/publication/306254385
21. République de Côte d’Ivoire, (2018). Décret n°2018-510 du 30 mai 2018 portant modification des limites du Parc National du Banco et annexe, 1-4
22. Riera B., Puig H. & Lescure J.-P. (1990). La dynamique de la forêt naturelle. Bois et Forêt des Tropiques n°219: 69-78.
23. Sako N. & Beltrando G. (2014) Dynamiques spatiales récentes du Parc National du Banco (PNB) et stratégies de gestion communautaire durable de ses ressources forestières (District d’Abidjan en Côte d’Ivoire), Echo Géo, 17 p.
24. Schnell R. (1950). La forêt dense. Introduction à I ’étude botanique de la région forestière d’Afrique occidentale. Lechevalier, Paris, 330 p.
25. Schnell R. (1952). La végétation forestière de l’ouest africain. Symposium de l’A.E.T.F.A.T., Bruxelles 1951, Lejeunia, 16 : 11-16.
26. Simpson G. L. (2019). Permute: Functions for Generating Restricted Permutations of Data. R package version 0.9-5: 20 p. https://CRAN.R-project.org/package=permute.
27. Tanghe M. (2011). Groupements végétaux ou associations végétales relativement bien défini(e)s, caractéristiques de la réserve naturelle provinciale de Gentissart (Mellery), 8 P. https://www.brabantwallon.be › Environnement
28. Tastet J.-P. (1979). Environnement sédimentaire et structuraux quaternaires du littoral du Golf de Guinée (Côte d'Ivoire, Togo, Bénin), Thèse de doctorat, ès Sces Nat, Université de Bordeaux I, n°621, 181 p.
29. Van der Maarel E. (1979). Transformation of cover-abundance values in phytosociology and its effects on community similarity. Vegetatio: 97-144.
Published
2022-07-31
How to Cite
Patricia, K. A., Fursy Rodelec, N. D., François, M. D., & Antoine, A. T. (2022). Caractérisation phytosociologique des anciens sites de traitements sylvicoles et de la réserve naturelle dans le parc national du Banco (Abidjan-Côte d’Ivoire). European Scientific Journal, ESJ, 18(24), 1. https://doi.org/10.19044/esj.2022.v18n24p1
Section
ESJ Natural/Life/Medical Sciences